http://www.alainfrankrosenberg.com/sitemaps/Reflexions.xml ht
alainfranck
La foi, le guide suprême.

Les divinités greco-romaines ne sont plus d’actualité. A leur tour la foi, le sacré, le divin disparaissent, fondent sous les lumières du 21e siècle. La quête de la compréhension de la vie par le chemin de

l’exploration spirituel s’éteint, seule une petite lueur dans la pénombre de l’âme des hommes persiste en chancelant avant de disparaître.

 

Quand on est né au 20e siècle, avec ses valeurs désuètes et une spiritualité désormais hérétique, ridicule, moyenâgeuse, on a souvent l’impression qu’on appartient à une époque révolue dont les idées sont réactionnaires. La civilisation se doit d’avoir progressé dans sa tolérance, voir parfois son intolérance de ceux qui ne voudraient pas épouser son modernisme. Par précaution ne donnons d’ailleurs aucun exemple.

 

Le Dieu Science nous dit que ce qui ne peut pas être démontré aujourd’hui le sera demain. L’ADN livrera tous ses secrets et nous pourrons télécharger notre personnalité dans un robot pour conquérir l’éternité. N’ayant pas de genre déterminé, tout cela va de soi ! Vraiment ? vraiment…

 

Notre civilisation numérique, digitale ne permet plus les croyances et croire devient le stigmate d’une autre ère, comme une sorte de trace d’un genre simiens.

 

Est-cela le summum de la raison et de l’intelligence évoluée de notre espèce?

 

N’est-ce pas là au contraire dans la négation totale de l’esprit, le début du déclin du QI et l’invention du creuset des problèmes insurmontables ? Sans horizon lointain, sans vision dans les décennies ou les siècles aucune de succès pour de vraies solutions. Les contemplations sont celles de l’esprit et non des calculs prédictifs de l’IA. A force de télévision, le long terme baisse et disparait, oubliant les cerveaux de ceux qui construisent les bombes et les fusées aidés par ceux qui concoctent des drogues pour apaiser leur conscience en condamnant à mort l’esprit.

 

Beaucoup se révoltent contre la domination politico-financières, les big pharmas et autres lobbys. Les sillons que ces derniers tracent et que nous sommes tous censés emprunter ont tous comme but premier de tous nous asservir.

 

Les mouvements propulsés, animés par ces entreprises sont en fait désavoués par la majorité dispersée des Humains qui ressentent ou pressentent le piège.

 

Ce qui est moins compris en revanche c’est qu’à  la base de tous ces problèmes se trouvent la méconnaissance de l’Humain par lui-même.

 

Ici encore beaucoup le savent mais peu, ou trop peu, ont une méthode efficace pour libérer l’esprit du joug qu’une volonté malveillante veut lui imposer.

 

Peu ont une puissance assez forte pour fédérer et rassembler dans la voie de la liberté spirituelle qui influencera le monde.

 

Car contrairement au message ambiant, la course que l’on doit gagner se joue entre les catastrophes qui nous menacent sans qu’il y ait besoin de les énumérer et cette compréhension divine sans laquelle l’homme se retrouve au rang de l’animal. C’est là que se situe la source de tous les dangers et de toutes les menaces.

 

Pour éviter le pire, il faut reprendre le contrôle de soi. Evident au niveau individuel – le conducteur doit savoir comment piloter son véhicule- moins évident au niveau collectif. Le contrôle de soi voudrait dire quelque chose que si l’on comprend “le soi” que si l’on comprend le “nous” que si l’on comprend la vie dans l’abstraction qui lui est propre pas dans sa manifestation matérielle.

 

Pour retrouver la foi, découvrir ce qu’elle est, son importance, son « indispensabilité », il faut bien sur découvrir un peu de soi, là où elle attend d’être.

 

La foi est ce guide suprême enfoui en nous qui garde les vérités transcendentales de l’existence. Lorsqu’on est totalement déconnecté de ce principe premier, nous sommes alors sujets à tous les maux. Plus notre déconnection est totale, plus nous sommes aveugles et gourds du sens de l’existence. Les dominants, qui haïssent les forts et les indépendants, peuvent alors nous gaver de médicaments pour engraisser les bigpharmas, nous saturer d’idées bizarres pour nous rendre confus sur notre nature et notre destin, nous convaincre que l’esprit n’est rien et que tout se joue aujourd’hui, voir demain mais pas au-delà.

 

Les maladies mentales pullulent et vont augmenter. L’histoire de l’humanité s’arrêtera à sa période digitale à moins de nous employer à redresser la barre pour ne pas chavirer, à montrer le chemin avec détermination et à faire tous les efforts qu’il faut pour réussir dans cette tentative.

 

La foi est aujourd’hui l’ingredient vital pour nous garder vainqueur dans tous nos combats quoiqu’il arrive. Notre compréhension des Saints et de tous ceux qui ont changé la destinée du monde prendra naissance en notre conscience comme une apparition en haut de l’Acropole, comme une lumière dans la pénombre, comme une compréhension des dieux qui ont peuplé les civilisations antérieures et ceux qui président à la notre.

 

Un principe, une idée, un static dans l’univers en mouvement qui régit son rythme et qui est source de vie, pas un équilibre mais un ordre supérieur qui une fois libre est un peu de chacun d’entre nous dans une dimension encore inconnue sur terre. Ni la science ni un autre ne dévoilera cet énergie dont chacun d’entre nous est le dépositaire ; un potentiel dont nous disposons dès que nous sommes ce que l’on appelle la foi.


Dimanche 10 Décembre 2017 Rédigé par Alain Rosenberg le Dimanche 10 Décembre 2017 à 17:55