http://www.alainfrankrosenberg.com/sitemaps/Reflexions.xml ht
alainfranck

Les élections européennes vont avoir lieu et je me penche sur les programmes des candidats. Chaque formation possède désormais un site Internet qui me renseigne. Je suis abasourdi. Il manque l'essentiel, en tous cas en ce qui me concerne. Impossible de savoir ce que les partis ou les candidats pensent des libertés fondamentales de l'Homme.


Rien sur la liberté de thérapie, aucune sagesse de sociologue, historien ou religieux pour guider nos pas et ouvrir nos yeux, aucune position sur la bombe atomique et les armes en général dans le monde, aucune définition de la responsabilité de l'homme vis-à-vis de ses semblables. La longue liste des omissions est éloquente. Nous sommes moulés dans une réflexion économique et écologique. La défense de son libre choix personnel et collectif semble ne mériter aucune intervention politique.

Pourtant en cas de guerre ou même de menaces, c'est bien le parlement européen qui va décider des mesures à prendre. Avons-nous oublié que la naissance des états a été motivée par la protection des hommes par d'autres hommes, organisés pour ce faire ? Avons-nous oublié que lorsqu'un gouvernement ne peut plus protéger son peuple, il n'a plus lieu d'être ? (Voir l’histoire de Gengis Khan qui a fait voler en éclats tous les autres états autour de lui car nul ne pouvait lui résister.) J'aurais donc aimé savoir ce que les candidats comptent faire en cas de conflits mondiaux ou de menaces. On ne peut exclure cette hypothèse.

Ensuite, personne ne souligne que le monopole des soins par une oligarchie médico-légale ne peut aboutir qu'à un contrôle des populations extrêmement dangereux. Il est parfois difficile de concilier Sécurité sociale, qui fait partie des droits de l'homme, avec l'indépendance et le choix thérapeutique individuel. Mais cela doit être fait si l'on ne veut pas aboutir à un système totalitaire où celui qui ne pense pas "droit" aura "droit" au traitement.

Pour finir, les libertés fondamentales des européens ne semblent pas préoccuper quiconque. Pourtant sans réflexion morale et philosophique, personne ne sera en mesure de scruter les lois proposées au parlement pour être certain que ces lois ne vont pas aboutir à un écrasement de nos libertés. Il est très naturel, utile et compréhensible de se préoccuper de pouvoir d'achat, d'organisation sociale et d'écologie. Il est indispensable de le faire. Mais il est encore plus important d'avoir une réflexion sur ce qui sous-tend les maux sociaux dont nous souffrons.

Je n'ai pas trouvé de candidat qui se soit livré à une analyse de ces trois éléments essentiels :

• la guerre et les efforts de paix constants à faire,

• la liberté de se soigner comme on le souhaite et pour le mieux,

• l'analyse des lois à voter au moyen d'une grille de lecture morale, philosophique et sociologique.

Ce n'est pas parce que nous vivons dans une Europe laïque que la majorité d'entre nous n'est pas croyante.

Nous sommes en fait une majorité de laïques croyants.

Toutes les religions ont un certain syncrétisme d'éthique et de respect du sacré qui donne à l'homme sa dimension d'homme et le distingue de l'animal. N'est-ce pas cela le plus important ?
Dire que l'homme n'est qu 'un animal social, égoïste et sauvage, méprisant des valeurs morales si on lui laissait sa liberté, n'est pas vrai.

L'homme libre est bien plus heureux et altruiste que l'homme asservi. C'est donc pour moi le premier devoir du politicien. Faire attention aux lois qu'il va voter en parallèle de la liberté future que cela va générer ou rogner.

Je dois dire que cette absence de réflexion et de sagesse me laisse, (sinon inquiet, au moins vigilant). Peut-être faudra-t-il que lors de la prochaine élection européenne, les "sages" cessent quelques temps d'être contemplatifs et se présentent pour se faire élire.

Dimanche 7 Juin 2009 Rédigé par Alain-Frank Rosenberg le Dimanche 7 Juin 2009 à 11:35