http://www.alainfrankrosenberg.com/sitemaps/Reflexions.xml ht

alainfranck

Se réconcilier
Nos actes d'aujourd'hui font les grands moments de demain.

Mais, s'ils sont négatifs nos souffrances seront également très grandes.

La malice, voire la malveillance, ne sont pas des traits de caractère inhérents à la vie, mais quand elles pénètrent les relations humaines, elles se retournent toujours contre ceux qu'elles habitent.

La vie est ainsi faite.

Ceux qui souffrent sont ceux qui sont atteints par l'envie de vengeance ou par la méchanceté que les préjugés déclenchent. Ils sont aigris et se réjouissent des malheurs d'autrui. Dans leur inconscient bouillonne le sang noir de leur haine cachée envers leurs semblables.

Les malheureux sont ceux qui ne reconnaissent pas la religion comme essentielle et qui la rendent inaudible. La religion n'est autre que l'approche et la compréhension de l'élan de la vie vers une transcendance. Celui qui aime la vie pour ce qu'elle est, qu'il le sache consciemment ou non, est animé d'un élan vers Dieu. Celui qui la déteste, qui la dégrade en se fourvoyant dans le matérialisme pur et dur, est bien sur inamical envers ceux qui recherchent une spiritualité épanouissante.

La vie est ce qui anime la matière, de la plus petite particule à la plus grande. Derrière les phénomènes biologiques se trouve un élan, parfois puissant parfois faible, mais toujours présent. Comprendre cet élan, sa nature, son origine et ses qualités est ce qui pousse l'Homme à se comprendre. Ce domaine de connaissance est celui de la religion.

La science telle qu'elle se définit de nos jours étudie les phénomènes de l'énergie, de l'espace, du temps et de la matière, leurs interactions, leurs effets, leurs comportements. La religion étudie ce qui motive l'univers, les gens, les esprits et leur union avec la matière.

La philosophie, quant à elle, se penche aussi bien sur les sciences que sur les religions. Elle analyse les solutions qu'adopte l'homme face aux défis de son environnement, dans le but de l'aider à saisir le sens de son existence.
La redéfinition de ces trois domaines tels qu'ils sont exposés ci-dessus permet de les distinguer et de constater que l'on peut être scientifique, philosophe et religieux, ces trois pôles étant compatibles.

Pourtant notre société admettra plus facilement la science et la philosophie que la religion.

D'où ma conclusion triste mais optimiste: redonnons aux hommes des raisons d'aimer la Vie, de croire en eux avant de croire en Dieu.

Modernisons ensuite les religions pour que leur enseignement soit aussi accessible et autant apprécié que toute autre corps de connaissance.

Le passé de beaucoup de religions est entaché de guerres et de sectarismes. Le passé de la science, en moins d'un siècle, est plus atroce encore. C'est avec effroi que l'on regarde Hiroshima et autres armes inventées pour tuer les hommes en plus grand nombre, la dévastation écologique de notre planète, sans parler des scandales des laboratoires pharmaceutiques, pour ne citer que quelques exemples.

Les deux sujets ont besoin de philosophie. Même si l'homme n'est pas enclin à démontrer une immense sagesse, le tournant de notre siècle sera cependant négocié par ceux qui sauront lui enseigner des valeurs immuables. Vouloir à tout prix tuer les stéréotypes sous prétexte de progrès social n'est en rien une définition du bien ou du mal que l'on espère donner à ces actions. L'évolution de nos sociétés vers le bien ne veut pas dire les guider vers des solutions issues d'idéologies uniquement matérialistes qui prônent que l'homme est foncièrement stupide, méchant et sans âme. Ces individus ne cherchent qu'à protéger leurs marchés en niant tout d'abord que l'existence même du bien et du mal.

Reste à souhaiter que la majorité d'entre nous ne sera pas dupe et ne soutiendra jamais leurs attaques contre ceux qui veulent faire de ce monde un monde meilleur pour les générations futures grâce aux alliances des sciences, des philosophies et des religions. Car ce sont ces individus, et non les partisans d'un "isme " quelconque, qui vont véritablement tirer notre civilisation vers un idéal où nous serons tous bien mieux orientés, libres et heureux.
Mardi 11 Juin 2013 Rédigé par Alain Rosenberg le Mardi 11 Juin 2013 à 14:33