http://www.alainfrankrosenberg.com/sitemaps/Reflexions.xml ht

alainfranck

La première est celle d'une rumeur qui se répandit à la fin du 19° siècle en Caroline du Sud.
Les esclaves avaient peur de leurs maîtres qui, disaient-ils, mangeaient des femmes de couleur. La rumeur grandissait tellement chaque jour qu'une investigation démarra. On découvrit le pot aux roses. Les étiquettes des bocaux de confiture étaient habituellement illustrées par les fruits qu'ils contenaient. Les esclaves reconnaissaient ainsi les confitures que leurs maîtres leur demandaient. Un jour, des bocaux de la marque " Tante Elma " furent livrés dans les plantations. Les esclaves conclurent alors que c'était ce qu'ils contenaient !


L'autre histoire qui démontre de grossières erreurs d'interprétation est celle du chapeau que le magicien montre vide aux spectateurs. Puis il le secoue et un lapin en sort. Lors de leur vision du vide, tous avaient conclu qu'il n 'y avait rien dans le chapeau. Le double fond ayant échappé à leur perception, tous étaient persuadés que l'animal était arrivé par magie.

Avec ces deux exemples, nous voyons que la perception du monde par l'être humain n'est pas toujours la vérité et que nous prenons ce que nous pensons être pour ce qui est.

Jusqu'à quel point notre vie socioculturelle induit en nous une vision tronquée du monde ? Jusqu'à quel point confondons-nous ce que nous pensons, ce que d'autres pensent pour nous et ce qui est vraiment?
Avons-nous un moyen sûr de voir et d'entendre ce qui est, plutôt que ce que d'autres veulent nous faire voir ou entendre ?
Avez-vous déjà rencontré quelqu'un qui défendait des idées comme si c'était les siennes alors que vous saviez très bien que c'était "des idées d'emprunt" ?

Nous savons tous que certains hommes politiques au-dessus de tout soupçon s'avèrent être pervers ou délinquants. Quand ils s'exprimaient si bien à la télévision, personne ou presque ne soupçonnait qu'ils étaient des "personnalités à double fond." Nous étions en train d'être d'accord non pas sur ce qui était véritablement mais sur ce que nos sens et les présentations de la réalité nous inspiraient de penser.

Il faut donc constater que la base même de nos réflexions doit changer si nous voulons mieux appréhender le monde dans lequel nous vivons. L'Homme libre de demain doit changer sa façon de penser.

Les médias sans le vouloir, j'ai la faiblesse de le croire, ne nous informent pas. Ils essaient de nous faire croire que les personnes pensent comme ce qu'ils écrivent, montrent ou disent.
Entre les vérités de la Science et les croyances en Dieu, entre les cultures et leurs critères de beauté, entre les idées reçues et les nouvelles idées qui vont à l'encontre des premières, non seulement il faudra changer nos repères pour raisonner mais aussi avoir la force de réévaluer ce qui est déjà ancré en nous et tenu pour vrai, même si cela est plus faux que vrai.

Le monde que nous continuons de façonner n'a aucune existence réelle et il n'est que le produit de nos idées. C'est le piège de l'esprit par l'esprit. Celui-ci croit être en pleine possession de ses moyens mais il ne fait que le croire. Entre la persuasion de l'évidence et la pensée grégaire, nous errons d'erreur en erreur. Nos jugements sont à l'emporte-pièce. Ils sont pris à l'avance sans que nous en soyons conscients.

Nous avons donc deux écueils. Comment traiter l'information qui provient de ce que nous percevons ? Et comment traiter en nous les anciennes informations qui, sans nul doute, vont nous faire juger par avance ce que la Vie nous présente ?

Comment être plus dans le vrai, voir le vrai visage des choses qui nous entourent ? Comment mieux cerner ce qui arrive pour mieux affronter ce qui arrivera ensuite ?

Un seul critère guide les réponses : si vous savez tenir une tasse de café, vous n'allez pas la renverser. Si vous savez construire une maison, elle sera de bonne qualité. Si vous savez diriger un pays, il sera prospère. Si vous êtes dans le vrai en ce qui concerne votre vie conjugale, votre partenaire sera heureux. Si vous savez éduquer les enfants, ils réussiront leur vie. Si vous ne savez pas..., le hasard fera son travail. Si vous en savez assez sur la Vie, vous saurez ce qu'elle va vous réserver. Vous pensez peut-être en lisant ces lignes que ce n'est pas très plausible, eh bien, la Science ne prédit-elle pas ce qui va se passer avec la matière ?

Oui le seul et unique critère d'une pensée libre, qui cerne ce qui est plutôt que ce qu'elle pense être, est le résultat. Les domaines où les résultats sont absents, en sciences exactes ou en sciences humaines, sont des domaines de non-connaissance ou de connaissance erronée. Peu importe ce qu'on dit, peu importe ce qu'on veut que nous croyions !

Méfions-nous des propagandes qui parlent beaucoup mais qui ne parlent jamais des résultats obtenus et vérifiés. Méfions-nous de ceux qui disent nous protéger mais qui eux-mêmes ne sont pas capables de produire quoi que ce soit de positif et d'envergure.

En approchant de cette façon le monde, nous sommes au moins certains de ne pas nous laisser ensorceler par les apparences de plus en plus trompeuses présentées par les ignorants ou les malveillants.
Mercredi 17 Avril 2013 Rédigé par Alain Rosenberg le Mercredi 17 Avril 2013 à 15:26