http://www.alainfrankrosenberg.com/sitemaps/Reflexions.xml ht

alainfranck

La loyauté est une qualité que l'on recherche et que l'on considère comme acquise chez ceux qui sont nos amis.

Rien n'est plus détestable que la trahison de celui en qui nous avions placé notre confiance et qui, ce jour là, la perd. Malgré le mal que peut nous faire sa perfidie celui qui trompe son conjoint ou l'amitié qu'il avait gagnée, est celui qui en fin de compte souffre le plus. Malgré tout ce qu'il peut avancer comme argument, il sait qu'il a commis l'irréparable. Aux yeux de celui qui triche, ce qu'il fait aux autres, il ne peut se le pardonner.

Le poids de ses actes pèse sur sa conscience dont il a honte au fond de lui-même sans se l'avouer. La clémence de celui qui est trahi ne peut soigner cette plaie béante et permanente car celui en qui on ne peut plus avoir confiance ne se fait plus confiance non plus. Là réside la gravité de la triste histoire de celui qui a fauté et qui doit désormais en supporter le fardeau. Il se l'impose à lui-même. Celui qui trahit ses amis ne sera plus jamais le même.

L'avilissement et la dégradation resteront gravé en lui. Il aura du mal à se supporter pour toujours, même s'il n'en parle pas. Une telle personne ne peut plus avoir d'amis sur une base saine et ne trouvera que des compagnons de son espèce, capables de détruire les autres mais incapables de sentiments nobles.

Il ne leur ferra d'ailleurs que peu confiance se sachant lui-même capable de trahir et incapable de ne pas le faire. Il voit les autres à son image. Pauvre de probité, le traître ne sera plus jamais capable d'aimer ses semblables.

Il ne sera capable que de manigance et d'exaction. Il s'exclut lui-même de la race des hommes honnêtes sans se rendre compte que c'est le plus précieux de ses atouts. Il ne se laissera pas aimer par les autres car il sait qu'il ne le mérite plus.

Quand vous avez été trahi ou bafoué par quelqu'un que vous aimiez, sachez que celui qui souffre le plus est celui qui vous l'a fait. Ne vous sentez pas malheureux, ne soyez pas rancunier, l'autre se charge seul de son châtiment, vous n'avez nul de besoin de vous en soucier.

La loyauté est une vertu. Celui qui la pratique se sent fier et heureux d'être loyal. Cela n'a pas de prix même dans un monde où il semble désuet d'en parler comme une des plus grandes richesses de l'homme.

Loyal envers soi-même et ses semblables, envers ses engagements, sa famille et son groupe est un luxe que seuls les forts peuvent se permettre.

Apprendre à être fort pourrait en fin de compte se résumer à apprendre en toutes circonstances à être loyal.
Dimanche 23 Décembre 2012 Rédigé par Alain Rosenberg le Dimanche 23 Décembre 2012 à 15:39