http://www.alainfrankrosenberg.com/sitemaps/Reflexions.xml ht
alainfranck

Quelle est la différence essentielle entre un robot intelligent et un être humain ?


Quand le serviteur devient le maître !
Bien sûr, la réponse immédiate est que le robot est incapable d'aimer et que l'être humain quand il n'aime pas peut haïr.
 
Il semble que la question posée n'a pas vraiment d'intérêt si l'on s'en tient à cette réponse.
 
Cependant quand les êtres humains auront inventé des robots qui peuvent s'attirer ou se repousser selon leur bioélectronique, la différence ne va pas tarder à disparaître. En écartant cette hypothèse d'une telle création future, la question aujourd'hui, si nous y répondions, pourrait nous aider à mieux comprendre nos semblables en les observant sous un autre angle. 
 
Quelle est donc l'ineffaçable différence entre une intelligence artificielle capable de raisonner,  d'avoir ses propres préférences et capable de former des idées, et l'être humain tel que nous le connaissons ? 

 

Le robot ne sera pas jamais capable d'être conscient d'être conscient. 
Ceci signifie qu'il ne sera jamais capable de dépasser les limites avec lesquelles il a été crée.
 
Il ne sera jamais capable de rechercher une liberté spirituelle transcendantale telle qu'elle a été recherchée par les Hommes depuis l'aube des temps. Il pourra peut-être avoir une religion si cela est programmé, il pourra peut-être chercher à devenir le maître de ses créateurs si une intelligence exponentielle lui est installée mais il ne pourra jamais convoiter la sagesse qui mène à la compréhension de la vie. Jamais il ne découvrira la raison qui pousse la vie à animer la matière et à créer des formes de vie, telles que l'homme, qui transforment la nature et créent des civilisations. La route qu'il lui faudrait parcourir ne peut être induite en lui. Force de constater que cet appel à la liberté n'est même pas concevable par ceux qui fabriquent des robots, et si cela était néanmoins le cas,  ils ne sauraient pas comment programmer une telle démarche car elle n'est pas programmable. Elle ne dépend pas d'un stock d'informations mais dépend d'une observation d'un ordre différent, de perceptions qui tissent les fondements mêmes de l'existence de l'esprit comme créateur de mémoires et de références au passé.
 
Quelques humains sont comme ces robots du futur. Ils ne conçoivent pas l'existence d'états spirituels libérateurs. Ils ne pensent qu'en termes mécaniques et fournissent des réponses uniquement matérialistes à tous les problèmes de la vie. Le problème est que certains parmi eux  sont en train de devenir nos maîtres en anéantissant sur leur passage toute élévation vers Dieu.
 
Ces personnes robots, quand elles détiennent le pouvoir, détruisent les bases mêmes de nos espoirs d'élévation vers une sagesse universelle qui pourtant porterait notre civilisation vers la paix et la tolérance, vers le bonheur et la pérennité, leur objectif est de construire une société de robots qui obéiraient par excitation réflexe à une police de la pensée, principalement préoccupée par la guerre ou la domination.
 
Les humains robots sont ainsi aux ordres de ceux qui jouent le jeu de devenir les maîtres du monde. Si ceci semble être tiré d'un roman de science-fiction et non d'une réalité observée, alors allons-y et observons :
 
Domination économique de certains groupes financiers internationaux qui ont mis les états occidentaux en quasi-faillite.
 
Domination de l'agriculture par certains groupes qui dictent les règles sanitaires de nos nourritures de plus en plus malsaines.
 
Guerres qui n'en finissent pas ici et là, financées par on ne sait qui.
Domination de la santé par des laboratoires qui regardent plus leur profit que le bien être de l'Humanité.
 
Corruption élevée des acteurs politiques dans de nombreuses démocraties.
Des codes moraux qui disparaissent sous prétexte d'évolution sociale. Des progrès sociaux qui ne sont le fruit que de la propagande et qui ne se traduisent pas par plus de bonheur pour les uns et les autres. Les droits de l'Homme respectés vaudraient tous les progrès invoqués.
 
Les drogues qui prolifèrent et qui, avec l'industrie de la pornographie, brassent plus d'argent que n'importe quelle autre industrie au monde. 
 
Tous ces fléaux, tous ces maux sont dus à des robots qui obéissent à des maîtres. L'homme n'est foncièrement pas une bête féroce dont l'instinct grégaire le pousse vers la malveillance. Mais il est  piégé par une existence qu'il ne comprend pas, hypnotisé par ceux qui l'embrigadent contre ses propres intérêts, comme Hitler avait réussi à subjuguer le peuple allemand à l'époque des robots nazis. Il est l'esclave de ceux qui vont détruire notre raison de vivre.
 
L'histoire du robot humain n'est donc pas une projection vers le futur dont il faudrait se méfier. C'est l'histoire de tous les jours, dans une civilisation qui brille par ses technologies mais qui s'enfonce chaque jour un peu plus vers les profondeurs noires de l'enfer, là où ces robots seront les gardes incontestés et sans pitié de nos âmes. Ce sera malheureusement également la fin de notre histoire et tout le monde aura perdu. Au lieu de tous les paradis sur terre que nous pourrions créer, sous mille autres prétextes les robots et leurs maîtres sont en train d'asservir et de saper tout l'avenir des générations futures à qui nous sommes en train de léguer toutes les misères du monde.
 
Il est vraiment temps de nous réveiller et de ne plus croire ce que par soi-même nous ne pouvons observer. Il est temps de ne plus prendre pour argent comptant les idées toutes faites sur l'Homme et sa nature. Il est temps de se connaître et de trouver en soi un peu plus de vérité, un peu plus de courage pour vivre selon ses choix et non ceux imposés par des modes de vie qui nient la noblesse naturelle de l'être humain. Oui, ces notions vont à l'encontre des courants de pensée contemporains majoritaires qui s'écoulent dans des rayures gravées par les carcans du matérialisme. Mais elles n'en sont pas moins les seules voies de sortie pour échapper à l'emprisonnement définitif de l'esprit.

Vendredi 8 Août 2014 Rédigé par Alain Rosenberg le Vendredi 8 Août 2014 à 10:52