http://www.alainfrankrosenberg.com/sitemaps/Reflexions.xml ht
alainfranck

La déclaration des droits de l'homme a été signée à Paris le 10 décembre 1948 par une grande majorité des pays de l 'ONU.

Cependant aucun pays, à part le Mexique il y a environ deux ans, n'a inscrit dans sa constitution l'enseignement obligatoire de ces droits dans leurs écoles. C'est un fait étrange mais significatif de la différence qui existe entre les bonnes résolutions et leur mise en pratique.


Cette déclaration est pourtant un des documents les plus importants de l'histoire de l'humanité. Près de 130 nations qui se mettent d'accord sur un texte fondamental n'est pas commun dans les relations qui régissent la destinée des peuples. Il serait assez simple et assez vertueux d'exiger l'enseignement de ces droits dans nos écoles. Ce serait une première étape pour prévenir et repérer dans le futur les violations de ces droits au sein de notre société. Alors, pourquoi cette omission ?

Il faut croire que l'énoncé de ces derniers, trop souvent méconnus, n'arrange pas les affaires de ceux qui ne les respectent pas. Par constat statistique, la majorité du volume de l'économie mondiale est fondée sur des violations flagrantes de ces droits. Rien que l'esclavage dans le monde, que nous appelons de nos jours le trafic des êtres humains, compte 27 millions de personnes et se situe au plus haut de son histoire. Il rapporte des milliards de dollars à ses protagonistes, la majorité dans le domaine de la pornographie, bien devant le trafic de drogue.

Pourquoi l'homme est-il tombé si bas ? Pourquoi personne n'élève la voix pour dénoncer ce qui est en demandant à ce que les droits de l'Homme soient enseignés dans chaque pays comme promis ?

Peu sont ceux qui osent faire face à cette réalité et trop nombreux sont ceux dont le vernis social prime sur les atrocités permanentes commises dans le monde. Bien sûr, la presse relate le massacre des populations et nous le regardons avec regret et compassion à la télévision. Il se peut que parfois certains essayent d'y faire quelque chose mais la société dans laquelle nous évoluons nous enferme trop facilement dans des problèmes économiques et sociaux bien trop importants.

Nous avons créé une carapace de protection contre toute réalité agressive, même si elle est vraie.

Ceux qui vont au combat sont considérés comme des gens hors normes ou tout au moins un peu bizarres. Les autres se demandent pourquoi ils se mêlent d'affaires qui ne les regardent pas ?

Je préfère la catégorie des gens pas comme les autres à toute autre catégorie, même si elle doit entraîner quelques difficultés personnelles vis-à-vis de ceux qui savent vivre les yeux fermés et la tête baissée.

J'ai au moins la chance de ne garder comme amis que ceux qui ont assez de cran et de courage pour ne pas être complices de ces violations.

Militons à chaque fois que c'est possible pour l'enseignement des droits de l'Homme ! Connaissons-les, respectons-les.


Dimanche 9 Mars 2014 Rédigé par Alain Rosenberg le Dimanche 9 Mars 2014 à 09:28